lundi 21 juillet 2014

Quand même

Se réveiller encore nauséeuse des informations de la veille, 
Savoir d'avance que ce jour sera un autre hier à vomir tout autant.
Ne même pas avoir la force de croire que tout va s'arranger.
Appeler  Dieu, sa colère, son bras de justice.
Lui demander un signe pour pouvoir se lever quand même.

Puis lire:
« Maître, nous voudrions voir un signe venant de toi. » 
Il leur répondit : « Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe, mais, en fait de signe, il ne sera donné que celui du prophète Jonas. 
Car Jonas est resté dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits ; de même, le Fils de l'homme restera au cœur de la terre trois jours et trois nuits. 
Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas. 
Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que cette génération, et elle la condamnera ; en effet, elle est venue de l'extrémité du monde pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon.


Regarder ce ن (N, Nazoréen, chrétien) mis sur mon mur sur les réseaux sociaux en soutien aux chrétiens de Mossoul qui ont vu cette lettre taguée sur leurs maisons comme un signe infamant et accusateur.

Regarder ce ن et y voir soudain la Lumière (نور, Nour), la Lumière du monde, celle qu'il ne faut pas mettre sous le boisseau.

Se lever parce que le signe a déjà été donné et que faute d'espoir, il y a l'espérance... quand même.
Se lever parce que d'autres ailleurs se lèvent.. quand même.
Se lever parce que la lumière se lève sur le monde... 

Quand même.