mercredi 19 novembre 2014

Dépasser la dose

Cela commence très jeune entre 13 et 16 ans, des jeunes se convertissent à l’islam et se radicalisent rapidement. Mais pourquoi ?
On nous dit qu’ils se convertissent tout seul et se radicalisent tout seuls sur internet.
Alors si en effet, ils ne passent pas par la case mosquée, ils ne découvrent pas l’islam tout seul quand même.
Ils n’ont jamais lu le coran mais fréquentent de jeunes musulmans qui ne l’ont pas lu non plus mais diffusent un mode d’emploi du salut hyper simple : la chahada, le ramadan et le hallal. Ils sont prosélytes ces jeunes qui trouvent sur internet les arguments pour déboussoler y compris des jeunes cathos pas assez formés à leur propre foi pour y rester fidèle. D’ailleurs quand ils se posent des questions sur leur propre foi, c’est sur des sites musulmans qu’ils tombent (même si cela s’arrange depuis un an ou deux).
Environ 80 % de ces jeunes  convertis qui ont sombré dans la radicalisation seraient issus de familles athées et 40 % d’entre eux auraient connu des épisodes dépressifs Lire à ce sujet ici
Je pense en complément que c’est l’âge ou l’on veut appartenir au groupe : alors si le groupe a certaines pratiques, modes, on y adhère pour s‘intégrer.
Bien qu’il soit dans une famille catho pratiquante, le jeune a des amis qui sont :
Soit athées et  ils se moquent de lui qui perd ses dimanches matins à aller à la messe (Non mais allo quoi !) 
Soit musulmans et ils lui disent que c’est bien d’être croyant mais qu’il est dans l’erreur parce que Jésus n’est qu’un prophète et que le salut c‘est l’Islam. Bizarrement, la pratique de l’Islam n’est pas moquée par les jeunes athées qui restent cois voire épatés par les courageux jeûneurs du mois de ramadan.
Pour avoir discuté avec de jeunes cathos, il faut être sacrement ancré dans sa foi pour tenir le coup.


Dans le cas d’un jeune d’une famille athée, c’est sans doute à peu près la même chose. Se convertir à l’islam, c’est s’assurer le respect de ses amis, à condition d’y mettre la dose.
Nous avons aussi les conversions pour se refaire une réputation, quand on a trop déconné. Mais pour celles-ci c’est triple dose.
Dans tous les cas le jeune converti a besoin que cela se voit.
C’est valable pour les garçons comme pour les filles. Il faut que cela se voie, il faut être plus musulman que les musulmans. On passe donc à la tenue islamique, on potasse sur internet (parce qu’à la mosquée ce n’est pas sous-titré, et on n’y comprend rien, et que l’imam est trop progressiste.. hein ?). On devient intégriste ou pire djihadiste si on tombe sur le mauvais reseau. 
Bref on se la joue, on met la dose et parfois on la dépasse et cela finit mal.


PS1 Il y a aussi des jeunes qui se convertissent parce qu’ils ont ressenti un appel divin, mon billet ne vise pas tous les cas bien sûr. C’est le fruit de mes réflexions qui ne sont pas définitives car fondées sur seulement quelques jeunes.


PS2 Je suis prête à en discuter mais je supprimerai tout commentaire qui me semblera phobique. 

1 commentaire:

  1. La question de la société qu'on leur propose et qu'ils refusent au moins implicitement est à poser aussi.

    RépondreSupprimer