mercredi 21 mai 2014

Encombrants bien encombrants


J’ai regardé hier soir «  La Tragédie électronique » et comme souvent face à ce type de reportage, j'étais scandalisée, la souris de mon ordinateur dans une main et mon smartphone dans l'autre.

"Chaque année, environ 50 millions de tonnes de déchets d’équipements électriques et électroniques sont jetés. On estime que dans le monde développé, environ 75% de ces déchets disparaissent des circuits officiels de retraitement. Une grande partie est exportée illégalement, vers des décharges clandestines en Afrique (Ghana, Nigeria…) ou en Asie (Chine, Inde, Pakistan, Bengladesh…), ou encore en Amérique du Sud."

Comment ?  
Pourtant nous payons l’écoparticipation ! Mais que fait la police ?
Bref l’indignation classique de votre amie Jonastree et comme d’habitude, le sentiment d’impuissance qui va avec.
Mais suis-je si impuissante que cela ?
Dans ma commune, il y a une fois par mois, le jour des encombrants, le jour du grand déballage.

Tout le monde sort la veille au soir sur son trottoir les objets divers qui ne fonctionnent plus. Mais depuis quelques années nos rues se peuplent ce jour-là  de nombreuses camionnettes en maraude. Le matin quand le camion de ramassage de la commune passe, il ne reste rien ou presque.
Les premiers temps, seuls les câbles d’alimentation étaient récupérés mais désormais ce sont les appareils complets qui disparaissent.
Comme tout le monde, j’ai regarde ce ballet sans réaliser sa gravité, ma responsabilité et celle de ma commune.
Ma responsabilité est engagée puisqu’il existe une déchetterie où je peux aller déposer les objets transportables en voiture (écrans, micro-ondes etc) au lieu de les proposer aux filières clandestines sur mon trottoir.
Celle de ma commune aussi en organisant ce ramassage sur les trottoirs à dates fixes. Je ne pense pas qu’il y ait un calcul financier derrière cette organisation mais un manque d’adaptation à ce nouveau marché clandestin.
Fiston qui vit dans une autre ville, doit appeler le service de nettoiement pour qu’ils viennent récupérer les objets non transportables en voiture. Une date lui est communiquée  par téléphone. Cette organisation limite la récupération clandestine.

Alors certes, ce n’est pas grand-chose mais c’est déjà cela.

Et vous quelles idées simples ?

Cadeau bonus, le petit fioretto du pape François: “Si nous détruisons la Création, la Création nous détruira !“

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire