jeudi 10 avril 2014

Chrétien ?



C’est un travers dans lequel nous tombons facilement, un peu comme ceux qui voulaient être à la droite de Jésus parce qu’ils se pensaient sans doute meilleurs que les autre disciples.

Se penser meilleur chrétien que les autres c’est avoir sa définition du mauvais chrétien.
Pour les uns c‘est celui qui n’est pas au service de ses frères (avec une myriade de définitions du frère qui vont de son voisin de banc dans l’église au rom)
Pour les autres, c’est celui qui ne pratique tous les dimanches, n’est pas marié à l’église, est divorcé-remarié, est infidèle…
Pour beaucoup, c’est celui qui ne pratique pas ou encore celui qui pratique pas comme moi.

Donc, chacun dans l’église a sa définition du mauvais chrétien qui se résume à être un chrétien différent de moi.

Le pape nous donne lui une définition du chrétien bien différente (Lui ne parle pas de bon ou de mauvais d’ailleurs) : Le chrétien est celui qui contemple au pied de la croix,le fils de Dieu humilié, anéanti et mort pour nos péchés.

Sur le coup, ça secoue.

Comment c’est tout !

Et pourtant c’est ENORME et bien plus difficile que d’être un bon chrétien par opposition au mauvais.

Admettre que nous ne pouvons-nous sauver seuls, que seul le Christ nous sauve.
Aller nous retrouver ensemble au pied de la croix pour contempler cet amour infini, en être irrigué...
...et c'est TOUT


4 commentaires:

  1. Je n'arrive pas bien à comprendre où cet article veut venir, mais...
    Si ma définition du mauvais chrétien, c'est celui qui ne contemple pas au pied de la croix le fils de Dieu humilié, anéanti et mort pour nos péchés...
    Et ce sans aucunement présumer que l'autre le fait moins que moi (qui suis-je pour en juger?)...
    Qu'il soit mauvais chrétien en ne contemplant pas le Christ dans le frère, le pauvre, le souffrant...
    Ou qu'il soit mauvais chrétien en ne contemplant pas le Christ le dimanche, en ne marquant pas les événements marquants de sa vie avec le Christ, en le blessant...
    Il reste mauvais. D'une autre façon que moi. Mais somme toute comme moi. Et ce n'est pas à moi de savoir si c'est plus ou moins que moi.
    Mais sans juger les personnes, on peut juger des situations (exercice périlleux) au vue des fruits portés, avec du recul. Quand on voit des déserts spirituels inondés de grâce par des âmes contemplatives, comme Ars après l'arrivée du curé, on peut se dire que c'est quand même mieux après.
    Et je sais que les termes de bons chrétiens et mauvais sont donnés ici pour être critiqués... mais les 99 justes de l'évangile... sont justement ceux qui se disent justes (qu'ils le soient ou pas, ils le croient), quand la brebis perdue est celle qui se sait avoir besoin d'un sauveur, qui vient la sortir des épines où elle s'est perdue.
    Le mauvais chrétien n'est-il pas alors celui qui se croit juste, ne cherchant pas à contempler le Christ, considérant pouvoir s'en passer?
    En fait... j'avoue que je ne suis pas sûr que chacun ait sa définition du mauvais chrétien se résumant à être différent de soi. Je dirais même que certains se fichent pas mal de savoir ce qu'est un mauvais chrétien.

    RépondreSupprimer
  2. Je pense pour ma part que dès lors qu'on pense être un bon chrétien, on a rien compris et que si l'on considère que l'autre est un mauvais chrétien on a encore moins compris car Dieu seul peut sonder les coeurs. Et pourtant, je reconnais tomber dans ce travers.

    RépondreSupprimer
  3. Ce billet comme d'autres n'a pour but que de vous livrer l'état de mes réflexions à un moment t en toute humilité puisque bien souvent le "on" c'est moi. Je pense peut être à tord que d'autres peuvent à partir de mes billets avoir envie de réfléchir sur les mêmes questions que moi qu'ils m'en fasse profiter ou pas en commentant.
    Vous dites "Le mauvais chrétien n'est-il pas alors celui qui se croit juste, ne cherchant pas à contempler le Christ, considérant pouvoir s'en passer?" j'en arrive là aussi mais c’était aussi le point de départ de ma réflexion puisque ce billet a été "déclenché" par une homélie du pape. J'ai l'esprit tordu :) je pars d'une phrase, elle me mène dans mon coeur et mes pensées pour chercher ce qu'elle me dit à moi et bien souvent pour y revenir en ayant fait un pas de plus dans mon cheminement que je partage avec mes mots. Merci pour votre lecture et votre commentaire.

    RépondreSupprimer
  4. Ton billet me fait ruminer depuis que je l'ai lu avant-hier. Je crois qu'il va me falloir du temps avant d'en faire le tour.

    RépondreSupprimer