lundi 27 mai 2013

Défendre les enfants



Mais contre quoi ?
Dimanche dernier, c’était contre la perte de la filiation mais personnellement j’espère arriver à défendre aussi mes enfants de la banalisation de la sexualité aberrante. 
Je viens de voir sur zone interdite une série de reportages sur les familles puis sur jeunes ados pour les 20 ans de cette émission. Le tableau dressé est vraiment gore.

Je ne reviendrai pas sur les nouvelles familles ou plutôt pas dans ce billet. 
Je m’interroge aujourd’hui sur la sexualité aberrante .

Quand j’étais gamine, pour voir un film porno, il fallait aller dans un cinéma borgne, puis il y a eu les cassettes vidéo puis le film crypté sur canal + (le progrès)  et pour finir internet.
Bref, l’accès à la pornographie est devenu immédiat et gratuit.
Déjà pour les adultes, je suis perplexe, mais nos enfants visionnent cela aussi ne vous y trompez pas. Et s’ils ne les visionnent, pas leurs camarades le font et diffusent autour d’eux ces pratiques aberrantes comme normales.
Pour les jeunes garçons, même les très jeunes garçons,  les filles sont toutes des chiennes sauf ma mère et encore.

Pour les jeunes filles, les codes aussi sont troublés.  Certaines pensent que les mots et les attitudes du porno sont la norme.
Bref, nos jeunes sont complètement déstructurés affectivement. Et ne croyez pas que c’est chez les autres seulement.
Plus de romantisme, plus de rapport entre sexe et amour. Aller à la recherche du sexe sans limites.
La fidélité, la société a accepté que ce n’était pas bon pour l’épanouissement de individus.  
Et les films pornos ne sont plus les seuls médias. Regardez les clips de certaines chansons à la mode, regardez les pubs.
Je sais, je dresse un tableau très noir mais nous sommes, nous adultes, responsables de cette situation parce que nous avons applaudi ou pire, nous avons été indifférents à ces dérives soit disant source de progrès et  de libération.  
Pour notre « plaisir » personnel, nous avons oublié que nous sommes aussi des référents  sur ce sujet pour nos enfants.
Nous sommes des adultes libérés des tabous et nous sommes dans le même temps repères pour les enfants. Quels repères ?
Tout est normal, tout est bien, tout est beau.
On nous parle de progrès mais où est le progrès ?
Demain, on apprendra à nos enfants à l’école que l’homosexualité est fun et pourquoi pas finalement. 
Au niveau où nous en sommes ce n’est finalement pas faux.
Tout est normal, tout est bien, tout est beau.
Enjoy ! Trop bien ! Mais nos enfants …

jeudi 16 mai 2013

La conversion, il faut s'y mettre



Il y a donc plus de deux ans, le Conseil National pour la Solidarité de l’Eglise catholique en France lançait la démarche Diaconia 2013 : Servons la fraternité.

Au départ, je me demandais pourquoi, en plus de l’année de la foi, les évêques avaient cru bon d’ajouter cette démarche.

Mais au fil des mois, j’ai remarqué  en paroisse le développement de réflexions et les actions fraternelles.

Certes, les mouvements caritatifs étaient déjà bien présents mais l’accueil et le partage avec ceux qui ne sont pas dans nos "cercles habituels" est devenu le fil rouge de nos actions et de nos prières.

Les trois jours du rassemblement a montré à quel point, cet élan a été général dans l’ensemble des diocèses.



Je n’ai pas tendance à voir des signes de l’esprit partout mais il se trouve que depuis quelques mois, nous nous réjouissons d’avoir un pape qui met les faibles, les personnes fragiles, pauvres au centre de ses interventions et de ses actions.

Un nouveau Pape donc qui en remet une couche si on peut dire.

Il engage les chrétiens à sortir de leur zone de confort pour aller à la rencontre aux périphéries de l’église et de la société.

MGr Vingt-Trois disait même dimanche dans son homélie au rassemblement Diaconia « Cela veut dire qu’il faut changer notre vie pour nous mettre en vérité et ne plus être des  menteurs. », c’est-à-dire des gens qui connaissent la Parole, mais ne la pratique pas.

Dans un même élan, dans le même temps le mot fraternité devient central. 
A croire que l’Esprit saint souffle partout pareil.

Alors certes, Diaconat 2013 à Lourdes ce fut un grand moment de communion et de partage fraternel où les plus fragiles ont pu parler, partager et enrichir les autres mais de retour dans nos vies, il ne faudra pas considérer que tout est fait et que nous pouvons passer à autre chose.

Pentecôte c’est dimanche prochain, et en cette fête de l’Esprit, il nous faudra mâcher, goûter et remâcher les mots de Saint Paul « Ce qui demeure aujourd'hui, c'est la foi, l'espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c'est la charité. » et demander à l'Esprit qui nous envoie sans cesse ce même message de fraternité de nous aider à en être témoins et acteurs au quotidien.


(Blog-notes jeudi 16/05 sur Radio Notre Dame)

mercredi 8 mai 2013

Vers l’infini et au-delà




Assise sous les oliviers sur le flanc du mont, je lis les différents passages de la bible qui mentionnent ce lieu. Dans l'ancien et le nouveau testament, les références sont nombreuses. 


Devant moi, en contrebas, les tombes chrétiennes, musulmanes et juives de ceux qui voulaient être aux premières loges du jugement de Dieu et de la résurrection des morts.
Trois religions attendent ici le jugement dernier et la  résurrection des morts côte à côte, les yeux tournés vers Dieu.

 
C.Boyer
Ezéchiel :  Yahvé se tiendra sur le mont des Oliviers, près de Jérusalem, à l'est de la ville. Le mont des Oliviers se fendra en deux et une grande vallée apparaîtra, orientée d'est en ouest.
Joël : Que les nations se mettent en marche, dit le Seigneur, qu'elles viennent à la vallée nommée «le Seigneur juge»  C'est là que je vais siéger pour juger tous les peuples d'alentour.



Trois religions attendent là le messie qui arrivera à Jérusalem par le mont des oliviers, ou le Christ qui reviendra.

Actes 9 : Ce Jésus, qui vous a été enlevé pour aller au ciel, reviendra de la même manière que vous l'avez vu y partir.


C’est ici aussi que le Christ a été enlevé vers le Père et au-dessus de moi, à Béthanie, dans la mosquée de l’Ascension chaque année, les chrétiens sont autorisés à célébrer l’eucharistie le jour de l’ascension.








Coran sourate IV 158 : (à propos du prophète Jésus) Mais Allah l'a élevé vers Lui. Et Allah est Puissant et Sage.









Histoires qui se croisent, cœurs tournés vers l’infini et au-delà.

Alors j’ouvre à nouveau ma bible et je lis

 «Notre Père qui es dans les cieux,
que chacun reconnaisse que tu es le Dieu saint, que ton Règne vienne ;
que chacun, sur la terre, fasse ta volonté comme elle est faite dans le ciel.
Donne-nous aujourd'hui le pain nécessaire.
Pardonne-nous nos torts, comme nous pardonnons nous aussi à ceux qui nous ont fait du tort.
Et ne nous expose pas à la tentation, mais délivre-nous du Mauvais.
[Car c'est à toi qu'appartiennent le règne, la puissance et la gloire, pour toujours. Amen.]»

mardi 7 mai 2013

Dans le désert, tout homme est ton frère.

"Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba au milieu de brigands qui, après l'avoir dépouillé et roué de coups, s'en allèrent, le laissant à demi mort. 

Un prêtre vint à descendre par ce chemin-là ; il le vit et passa outre. 

Pareillement un lévite, survenant en ce lieu, le vit et passa outre. 



Monastère Saint Georges entre Jérusalem et Jéricho


Mais un samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui, le vit et fut pris de pitié. 

Il s'approcha, banda ses plaies, y versant de l'huile et du vin, puis le chargea sur sa propre monture, le mena à l'hôtellerie et prit soin de lui.

Le lendemain, il tira deux deniers et les donna à l'hôtelier, en disant : "Prends soin de lui, et ce que tu auras dépensé en plus, je te le rembourserai, moi, à mon retour."

 Lequel de ces trois, à ton avis, s'est montré le prochain de l'homme tombé aux mains des brigands ?"

Il dit : "Celui-là qui a exercé la miséricorde envers lui." 

Et Jésus lui dit : "Va, et toi aussi, fais de même". »

En marchant de Jérusalem à Jéricho sous un soleil de plomb et sans croiser âme qui vive,  on comprend mieux combien le prêtre et le lévite ont manqué de miséricorde.

Dans le désert, tout hommes est ton frère.

lundi 6 mai 2013

Histoire d'eau


Une semaine en Terre Sainte et déjà le retour.
Mais dois-je parler de retour quand c'est là-bas que j'avais l'impression de rentrer chez moi, à la source.
Mes impressions de voyage sont  et .  
N'hésitez pas à feuilleter ce blog de photos consacré aux chrétiens d'ailleurs

Mais sur Jonastree, j'ai envie de partager avec vous ma méditation sur l'eau.

" La barque, déjà au milieu de la mer, était battue par les flots; car le vent était contraire. À la quatrième veille de la nuit, Jésus alla vers eux, marchant sur la mer. Quand les disciples le virent marcher sur la mer, ils furent troublés, et dirent : C'est un fantôme! Et, dans leur frayeur, ils poussèrent des cris. Jésus leur dit aussitôt : Rassurez-vous, c'est moi; n'ayez pas peur ! Pierre lui répondit : Seigneur, si c'est toi, ordonne que j'aille vers toi sur les eaux. Et il dit : Viens ! Pierre sortit de la barque, et marcha sur les eaux, pour aller vers Jésus. Mais, voyant que le vent était fort, il eut peur; et, comme il commençait à enfoncer, il s'écria: Seigneur, sauve-moi ! Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit, et lui dit : Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? Et ils montèrent dans la barque, et le vent cessa. Ceux qui étaient dans la barque vinrent se prosterner devant Jésus, et dirent : Tu es véritablement le Fils de Dieu. " Mat 14, 24-33

Sur le lac de Tibériade appelé aussi mer de Galilée , je lisais ce passage en regardant l'eau autour de la barque.
Une eau sombre, assez effrayante en fait. Une eau qui ne coule pas.
Que cette eau soit symbole de la mort et antre du Léviathan  pour les juifs n'a rien d’étonnant. 
Et voilà que Jésus marche sur cette eau.
L'image est forte. Il ne sombre pas dans le mal ni la mort ... 
Déjà, il montre à ses disciples qu'il vaincra sa mort et que s'ils répondent à son "Viens", ils le rejoindront. 
Et s'ils prennent peur, il étendra la main pour les tirer à lui dans sa victoire. Il est l'eau vive.



Tout est dit. 



Confiance, toujours.