lundi 25 novembre 2013

Il ne lâche personne


Pas question pour moi de revenir sur l’année LMPT et mon ressenti, la justification à posteriori de mes choix. Je préfère regarder devant.
Mon point de vue se résume ainsi. 
Il y a eu un temps pour  manifester et je l’ai fait non pas pour interdire aux homosexuels le mariage et l’adoption mais parce que je sentais nécessaire de montrer au gouvernement que j’étais prête à bouger et qu’il fallait commencer au plus tôt pour éviter la suite qui pour moi est grave  (Euthanasie, suicide assisté, PMA et GPA). 
Je reste vigilante mais  je pense tout de même que le message est passé.

Quoiqu’il en soit, la loi a été votée démocratiquement, des gens se sont mariés et se marient légalement.

LMPT ou du MPT veulent abolir ou réformer la loi. Cela me semble complètement à côté de la plaque.
Des gens se sont mariés, il faudrait donc les démarier ?  Ce n’est pas sérieux là.

Imaginons que demain la droite revienne aux manettes, je suis sure qu’elle ne reviendra pas sur cette loi. Il faut arrêter de rêver.
Certains (3000 à 6000 ce weekend) continuent à manifester en clamant leur refus de la loi Taubira. Soit.

LMPT veut faire signer une charte aux candidats aux municipales. Le candidat doit s'engager entre autre à réclamer l'abrogation de la loi Taubira… Ils pourront toujours réclamer, cela ne mange pas de pain.


Parallèlement, je viens de lire le questionnaire envoyé par le Pape aux évêques dans l’optique du synode sur la famille.
Sur les unions de personnes du même sexe (point 5), après la question sur l’état du droit dans les pays, ce qui vient immédiatement c’est un questionnement sur  le comportement de l’église envers l’Etat promoteur, les personnes impliquées dans ce type d’union et l’attention pastorale envers eux et leurs enfants.

Faudra t’il répondre que la volonté  des cathos  est  d’abroger des unions validées par un officier d’état civil ?
Le mot « pastorale » renvoie au terme pasteur, celui qui prend soin de son troupeau, celui qui part à la recherche de la brebis égarée. Qui est cette brebis ? Le catho blessé par un choix législatif et qui ne lâchera rien? Le catho homosexuel marié civilement qui souhaitera  le baptême pour son enfant adoptif ?  Les deux selon moi.

On me dira que demander le baptême pour son enfant c’est s’engager à l’éduquer selon l’évangile et la doctrine morale de l’Eglise et que donc cela pose problème.
Pourtant, combien de cathos ne suivent pas complètement cette doctrine ?
Je ne parle pas là des divorcés remariés mais plus simplement du concubinage « ad experiememtum » ou pas d’ailleurs, de la contraception.

Je ne suis pas évêque et je ne suis pas non plus chef pour tous (il y en a déjà trop et ils s’écharpent de façon pas très catho) Mais personnellement, en tant que catéchiste, je reçois les paroles du pape François.*
« Dieu nous précède toujours ! Quand nous pensons aller loin, dans l’extrême périphérie, et que nous avons un peu peur, en réalité, lui s’y trouve déjà : Jésus nous attend dans le cœur de ce frère, dans sa chair blessée, dans sa vie opprimée, dans son âme sans foi. »
Il m’engage à annoncer l’amour sans limites de Dieu et à m’adapter aux circonstances dans lesquelles je dois annoncer l’évangile.
Aujourd’hui, je vais vers ces parents divorcés, concubins qui veulent que Dieu ait sa place dans leurs familles et demain, je ferai de même avec ses couples du même sexe qui voudront pour leurs enfants  le don de la foi.
Tout le monde est en chemin, chacun est à convertir et moi d’abord.

Alors oui, je m’opposerais à la PMA "non médicale", la GPA et l'euthanasie pour qu’elles ne soient pas adoptées si ces questions viennent sur le tapis législatif (vu le bazar actuel, j’ai des doutes)
C’est  mon devoir citoyen d’exprimer mon opinion dans les urnes et même dans la rue et sur bien des sujets et pas seulement celui-ci.
Aux prochaines élections, je vais certainement regarder les propositions des candidats et leur conformité avec ma vision de la société.

Mais oui aussi, une fois la loi votée, une démarche  jusqu’au-boutiste ne me semble pas cohérente avec ma mission de chrétien dans ce monde et ses périphéries. 
Certains me disent "on ne lâche rien". 
Je leur répond: Il ne lâche personne et j'ai du boulot pour le suivre. 

6 commentaires:

  1. "Démarier" non, déclarer nul par voie législative oui... La nullité du mariage existe depuis bien longtemps dans la loi.

    Les conséquences seraient à peu près les mêmes que si on abolissait la loi sur le MPT.

    Je ne vois pas trop où est la difficulté.

    De plus, ce n'est pas parce qu'une loi est passée et qu'elle est appliquée qu'on ne peut revenir en arrière. C'est valider le principe d'un "progrès" irrémédiable une "raison historique" à la Hegel.

    Pour prendre un exemple : personne dans l'antiquité pensait qu'on pourrait remettre un jour en cause le principe de l'esclavage. Pourtant les conséquences de son abolition auront été beaucoup plus importantes que celles qu'entraîneront la nullité des mariages gay.

    Le fatalisme n'est pas chrétien : seule l'Espérance l'est.

    RépondreSupprimer
  2. Personnellement, je ne demanderai pas cela. La difficulté c'est qu'il y a des gens derrière cette abolition, des gens a qui elle n'apportera pas un mieux comme dans le cas de l'abolition de l'esclavage. Mettez vous à leur place.

    RépondreSupprimer
  3. "Alors oui, je m’opposerais à la PMA "non médicale", la GPA "...sauf que. En permettant à une femme d'adopter l'enfant de sa compagne, cette loi permet de fait la PMA. Celles qui veulent un enfant peuvent maintenant aller en Espagne, se faire inséminer. Reste plus qu'à faire adopter l'enfant par l'autre femme...c'est donc déjà possible...et cela fait partie intégrante de la loi...

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Je me suis opposée à la loi depuis novembre 2012 mais j’étais pour l’amélioration du cadre juridique des couples de même sexe et des enfants notamment en matière de transmission du patrimoine. Le partage de l’autorité parentale avait déjà été reconnu par la jurisprudence y compris dans les cas de PMA. Ce que dès le début j'ai refusé c'est ce qu'ils demandaient dans le même temps PMA et GPA pour tous les couples. Pour le moment le gouvernement a reculé et j'espère pour longtemps. Le sujet de mon billet n'était pas cela mais une réflexion sur l’accueil par la communauté catholique, des enfants et des parents de familles constituées dans la suite de cette loi, parce que Lui ne lâche personne.

    RépondreSupprimer