lundi 30 septembre 2013

Mariska, Mozol et Luana




Les roms ceci, les roms cela, généralisations puantes qui permettent de se lâcher.

Permettez-moi de vous parler non des roms mais de Mariska, Mozol et Luana.

Je les ai connus en 1992. Ils arrivaient de Roumanie, sans papiers. Ils ne parlaient pas un mot de français. Luana avait l’âge de mon aîné, 2 ans et demi.
Mariska et Mozol ne pouvant pas travailler légalement, Mariska vendait l’itinérant devant mon supermarché accompagnée de Luana.
Souvent, je prenais sa fille avec moi pour aller au toboggan jouer avec les autres enfants.
Dès ses trois ans, Luana a été à l’école.
Aujourd’hui, Mariska qui parle maintenant français comme vous et moi vend toujours l’itinérant le weekend et elle est fière de sa fille qui est une brillante étudiante en médecine.

Franck Boutonnet 

Les roms, ils ont des visages, des noms, ils ne sont pas une masse informe que l’on peut utiliser pour des raisons politiciennes.

17000 regards tournés vers nous comme une exigence éthique.

Osons les regarder chacun et les appeler par leur nom alors la peur et la haine reculeront.


J’en profite pour relayer ceci et ceci  

1 commentaire: