vendredi 20 septembre 2013

La disqualification


Pour creuser un peu plus je pense que nos valeurs républicaines sont des croyances et je cite Antonio Gramsci  un théoricien communiste (eh oui , je ne lis pas que la bible) :
« Les croyances se développent initialement au sein de milieux restreints (clercs, lettrés, militants) et ne peuvent s’imposer dans l’ensemble d’un groupe social qu’au terme d’un processus d’inculcation dont l’efficacité est conditionnée par deux facteurs :
La rationalisation d’intérêts particuliers en termes d’intérêt général ou d’idéal universel (exemple : les intellectuels qui revendiquent la liberté d’écrire et de publier qui se transforme en valeur universelle : la liberté d’expression) ;
La diffusion hégémonique de ces croyances au moyen d’institutions qui pratiquent l’exclusion et la dévalorisation des croyances adverses. Cette exclusion se fait au nom de la Raison ou de la Science» 



Je pense que vous voyez ou je veux en venir.

Imposer des croyances même en les habillant avec des notions de progrès, d’intérêt général, de raison ou de science, n’est possible qu’en excluant ou en dévalorisant les croyances adverses. 

La disqualification politique  c’est imposer l’idée  que l’opinion contraire, ses arguments, ses porte-parole, ne mérite même pas d'être examiné.
L'adversaire est dans l'erreur, voire le mensonge et la mauvaise foi. Toute pensée honnête ne peut que confirmer notre propre idée,  et donc tout ce qui la conteste ne peut qu'être présumé malhonnête.
Alors, faut-il réduire nos débats et la démocratie à la disqualification ?
Les valeurs républicaines t’elles qu’elles sont présentées ces derniers temps ressemblent fort à ces croyances. Et l’on s’étonne qu’il y ait résistance et échec de l’utilisation des « valeurs républicaines » dans les tentatives de cohésion nationale.

Je prône, vous devez commencer à me connaitre si vous me lisez un peu,  un dialogue et des débats en vérité.

Mais comment y parvenir si  mon interlocuteur use de ce procédé.

Prenons par exemple mes convictions religieuses.
Certes j’ai la liberté de conscience, j'ai la  liberté d’expression  mais si lorsque je m’exprime en conformité avec ma foi, ma parole est disqualifiée en raisons même de ma foi...

Je pourrai faire de même, tenter d’imposer mes idées en disqualifiant celles des autres, je pourrais aussi me positionner en victime devant cette façon de traiter ma parole. Dire que l’on doit respecter ma différence comme un bon militant d’une minorité agissante.

Seulement voilà, c’est pas mon truc.  


Alors ?
Je vais continuer à raler en sachant qu’un arbre blablabla  et à apprécier ceux qui sont prêts à dialoguer avec moi et à tenter la rencontre avec les autres quand même car comme le dit François (le pape) "Pour ma part, j’ai une certitude dogmatique : Dieu est dans la vie de chaque personne. Dieu est dans la vie de chacun. On peut et on doit Le chercher dans toute vie humaine."

Je ne ferai pas un bon lobbyiste mais j’espère être un pas trop mauvais disciple.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire