jeudi 21 février 2013

VITE !!!!



L’info tombe au petit déjeuner (oui je sais, je ne suis pas matinale, il est 9h30)  la famille Moulin Fournier  été libérée d’après une source (en fait plusieurs sources camerounaises habituelles de l’AFP)…
Je suis devant mon bol et je pense tout de suite à Madame Striffling  ( la grand-mère) qui elle n’a pas du dormir cette nuit et qui entend comme moi la bonne nouvelle.
Comme je suis d’un naturel  Saint Thomas, j’ai  attendu. Six minutes plus tard, l’info a commencé à paraître plutôt "pourrite" (Pardon, c’est de l’argot familial)

Entre temps, mon Smartphone crépite, chaque journal et radio s’empressant de relayer. 
Sur twitter  et facebook idem.


Je me souviens de l’attente que j’ai vécu moi aussi il y a quelques années et je pense à Madame Striffling…
Un ministre aux travaux finis, pardon, ministre des anciens combattants, confirme devant l’assemblée nationale (trop fier) puis infirme. Il avait lu l’info sur les réseaux.
Ce soir, l’Afp explique qu’elle a bien fait son travail…
Mais qui ira voir madame Striffling qui va passez une nuit encore plus atroce après ce faux espoir ?
Je prie pour vous Madame et pour votre famille mais aussi pour le journaliste et le ministre  qui j’espère vous passeront un coup de fil pour s’excuser.
Mais mon billet est déjà trop tardif.
Vite passons au nouveau scoop.


Ps: Merci à radio Notre Dame qui n'a pas cédé à la vague du scoop ce matin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire