mardi 28 août 2012

Ce n’est pas de la tarte



Il y a quelque temps, je vous faisais part de mon expérience de ministre de communion extraordinaire  et de ma redécouverte de la présence réelle du Christ dans l’eucharistie.

Les mois ont passé et je ne suis malheureusement pas chaque dimanche dans une telle disposition.

Je me lève bien souvent pour aller communier comme un automate, parfois les idées ailleurs, je dis amen et voilà...

Pourtant, avant les vacances, plusieurs personnes m’ont ramené sur le chemin de la vraie rencontre.

La première  s’est approchée à la communion, les bras croisés sur la poitrine.



En madame caté confirmée, je connais ce geste, réservé dans mon esprit aux non baptisés ou aux enfants qui n’ont pas fait la première des  communions.  
Bizarre, me suis-je dis, elle ne doit pas être baptisée. 
Et je suis passée à autre chose.

Quelque temps plus tard, j’ai eu l’occasion de parler avec  d’autres personnes, des divorcés remariés (je n’en savais rien, ce n’était pas écrit sur leur front).
Elles m’ont expliqué leur souffrance de ne pas pouvoir communier. Elles ne remettaient pas en cause cette interdiction parce qu’elles comprenaient son sens mais elles vivaient le jeune. Elles auraient pu aller dans une paroisse ou elles n’étaient pas connues (et hop, ni vu ni connu) mais non.

J’étais au courant de cette interdiction mais j’avoue que je n’en avais pas saisi la portée.

 Après tout, moi je peux communier et je n’en fais pas toute une affaire. Enfin si, de temps en temps, mais  bon.

Cette « faim » inassouvie m’a renvoyé à ma propre pratique de gavée tous les dimanches.
J’ai aussi observé d’un peu plus prêt et j’ai remarqué quelques personnes qui ne participent pas à la procession et restent stoïques, debout dans les rangs vidés, les yeux rivés sur le ministre de communion.
Alors, j’ai réfléchi  longuement à tout ça et la honte m’a envahi.

J’ai le droit de communier mais ce droit doit-il être une obligation rituelle qui finalement dénature  le sens de ce droit?

J’irai même plus loin. Ne suis-je pas moi-même bien souvent passible de cette interdiction lorsque je m’avance machinalement et sans faim.

Alors, désormais, la phrase «  Seigneur je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri » prend tout son sens.
Frapper son torse tel un légionnaire romain au garde à vous, c’est fait. 
Mais cette parole qui guérit, l’ai-je vraiment écouté, savouré ? Ai-je vraiment faim ?

En conscience, si ce n’est pas le cas, je rejoins les affamés  qui croisent leurs bras sur leur poitrine. Parce qu’ils ont faim, je ne me donne pas le droit d’être une gavée qui  finalement ne reconnait pas leur faim en allant communier par habitude.

Donne-moi d’être toujours une affamée de l’eucharistie  et pas une gavée du dimanche et des autres jours.

samedi 25 août 2012

Protégez moi des cathos, les non catho, je m'en charge


Depuis quelques jours par blogs interposés,  des catholiques débâtent du sexe. (Pas celui des anges)
Ici,   et là aussi

J’ai lu consciencieusement les arguments des uns et des autres et apprécié le ton respectueux de leurs échanges.
J’ai même lu les commentaires, ceux sur rue89 et ceux sur FB.

Bref, j'ai fait mûrir mon opinion sur le sujet et pesé les arguments des uns et des autres.

Je ne vais pas entrer dans le débat mais juste faire un aparté.

Que les trolls habituels de rue 89 déblatèrent soit, mais que des cathos s’invectivent  hargneusement dans les commentaires …

Nous sommes samedi, demain  messe dominicale …

J’aimerai savoir si tous les bons cathos de tous bords qui vident leur hargne, condamnent et excommunient iront communier l’esprit tranquille demain.

Personnellement, je vais prier pour eux, ils en ont grand besoin.

Et moi aussi.

mercredi 22 août 2012

Chang Elysées



Depuis quelques jours, je fais dans les chinoiseries diverses.


Ma fille étudie en Suisse (pas en Chine donc ) mais sa colloc répond au doux nom de « Jade admirable » et arrive en direct de Pekin.

Mon fils s'installe à Pékin ou Beijing pour les non francophones dès lundi prochain.


Bref, je suis quelques peu obsédée.

Mais franchement, je ne suis pas aidée pour tenter de dépasser mon syndrome «lost in translation »

Ce matin, je vais sur les Champs Elysées  pour récupérer le passeport de mon grand orné du précieux visa de la République Populaire de Chine.

Sur place,  des employés chinois  forts serviables, courtois et souriants.
Je sors du bâtiment guillerette et je croise sur l’avenue, un puis deux puis des chinois qui font du tourisme.

Cernée de toute part, je dirige mon regard vers les devantures pour cacher mon étonnement et je tombe sur :


La banque HSBC (HongKongShangaiBankCorporation) qui comme son nom ne l’indique pas est Anglaise (Une perfidie de plus)





















Louis Vuitton et une japonaise hallucinée dans un décor psychédélique qui me lance un regard torve.

















Kenzo  et deux asiatiques en X pour  m’indiquer sans doute qu’ils se  multiplient.


Bref, je fonce dans le parking pour reprendre ma voiture et rejoindre mon fils ….
Dans le 13 ème !!!!

Alors je vous le demande, pourquoi partir en Chine quand elle est si présente à Paris ? Hein ?

C'est loin la Chine pour une petite mère poule.

lundi 13 août 2012

B.A 2.0



Internet est vraiment formidable, et 

JE suis formidable !



















De bon matin, j’ai :

Liker des articles sur la Syrie

Signé une pétition en ligne pour la sauvegarde de la forêt amazonienne

Transféré un mail pour informer mes amis du complot truco-machin bidule

Je me suis indignée sur twitter

Bref, sans lever le … de ma chaise, j’ai milité pour un monde meilleur.

Trop forte non ?

Bon, il me reste toute la journée pour m’occuper de moi,moi,moi et avec la conscience tranquille en plus !!!



JE SUIS FORMIDABLE*




*Toute ressemblance avec moi ou vous est fortuite.

mercredi 8 août 2012

Obsolescence des objets mais pas que...


Hier soir, je lisais les actualités sur mon Smartphone.

Je l’ai depuis trois ans et je l’ai malencontreusement fait choir sur un gravillon sournois.

.
L’écran est désormais étoilé mais je  ne suis pas décidée à le jeter même si des rides profondes marquent son écran. 
J’ai donc commandé une vitre de remplacement de façon à l’amener plus loin encore et sans doute jusqu’à sa mort avérée.
Je pourrais le remplacer par un neuf et plus performant. Mais je fais partie des résistants à la mode et à l’obsolescence  « markétée » des objets.
Bon c’est un iPhone certes,  mais il a trois ans hein !)
Bref, je lisais entre les zébrures les actualités et je tombe sur une déclaration de Michèle Delaunay, ministre chargée des personnes âgées.
Suite à plusieurs suicides de personnes âgées pendant l’été, elle nous rappelle que nos sommes tous comptables de ces drames…


Cyniquement, j’ai d’abord pensé que nous nous comportons parfois mieux avec nos animaux domestiques même si certains les abandonnent sur  une aire d’autoroute.

Puis j’ai, comme tout un chacun je pense, senti ma colère monter contre ces familles qui abandonnent leurs ainés pour les vacances.
Pas simple cette histoire des ainés pendant l’été.

Finalement c’est comme pendant  l’année avec quelques problèmes en plus.

Non seulement la famille n’est pas là mais les commerces sont fermés et les personnels d’aide sont moins nombreux.

Pendant les vacances, le vide et la solitude deviennent plus lourds.

Alors j’ai eu une idée encore plus cynique.

Tout le monde a le droit à une pause hein ? 
Mamie, on la supporte toute l’année alors zut ! Deux mois ce n’est pas la mer à boire comparé aux visites que l’on consent à faire en cours d’année alors que bon, on a d’autres choses à faire, non ?

Voilà c’est moche mais c’est pourtant la réalité.

Les vieux c’a ne sert à rien, juste à encombrer dans le meilleur des cas, ou pire à perturber l’emploi du temps.

Et notre nouvelle et fraiche ministre de nous rappeler qu’il ne faut pas les oublier sur le bord de la route des vacances.

Beurk !

Bon, certains diront qu’elle n’a qu’à faire quelque chose au lieu de s’indigner.

Personnellement, je pense qu’elle n’a rien à faire en fait et que son indignation est juste.
Si quelqu’un doit faire quelque chose c’est nous.

Nos ainés nous ont-ils abandonnés eux pour partir tranquilles  en vacances lorsque nous étions enfants ? Et pourtant ils nous supportaient toute l’année.

Il faut dire que  les temps ont  changés, désormais c’est chacun pour soi …

OK mais je me souviens d’une histoire que l’on m’a raconté petite :
Dans une famille, pendant le repas, le grand père postillonnait et faisait du bruit en buvant sa soupe. Les parents excédés, l’on envoyé manger son diner sous l’escalier pour ne plus avoir à supporter ça.
L’enfant quelques années plus tard,  après le décès du grand père, a entrepris de vider les objets accumulés dans le cagibi sous l’escalier. Les parents lui ont demandé pourquoi il faisait cela et il leur a répondu qu’il fallait bien puisqu’ils prendraient bientôt leurs repas là.

Certains nous parle de "mourir dans la dignité", la ministre nous parle elle  d' "une vie qui ne parait plus digne d'être vécue" et en effet devant la solitude, la question est posée.

Mais finalement, la bonne question n'est pas celle là: Sommes dignes de nos aînés?

lundi 6 août 2012

Dieu est mort, mais on ne sait jamais


Ya des jours comme aujourd’hui, où la déchéance annoncée de la religion catholique  dans notre société me semble bien loin d’être avérée.

Merci au parti radical de gauche, et aux athées de tout poil y compris le poil maçonnique de me remonter le moral alors que je regarde tristement la pluie tomber, comme bien souvent depuis le 6 mai 2012.

En effet, quand on voir les réactions disproportionnées  face à une simple prière demandée aux catholiques par Mgr Vingt-trois pour l’Assomption, il semble que la prière soit pour eux bien plus efficace qu’ils ne l’avouent .

Si l’Eglise avait manifesté dans la rue sa désapprobation, elle aurait eu une réaction démocratique et finalement gérable comme toutes les manifs.
Si des hurluberlus, avaient occupé les rues à genoux en criant au blasphème ou en demandant des excommunications massives  cela aurait arrangé tout ce beau monde.


Ils auraient pu démontrer à la face du bon peuple que l’Eglise est un ramassis de personnes intolérantes et intégristes prêtes à tout pour abattre la sacrosainte laïcité.  

Mais demander, une prière pour nos politiciens qui n’ont rien demandé, et finalement encore plus  intolérable.

Disons-le clairement : « ce n’est pas du jeu, là »

Et en effet, prier n’est pas jouer. Prier, c’est demander le bien.

Il semble que cela en inquiète plus d’un qui pourtant jurent leurs grands dieux (Raison, liberté  et autres) que Dieu est mort.

Ont-ils peur que cela marche !

C’est trop beau, merci donc à tous ceux qui par leurs réactions valident la force de la prière.
C’est un premier pas

A l’assomption, je ne les oublierai pas dans mes prières d’action de grâce


Gnark Gnark :)

dimanche 5 août 2012

Jour de pluie

Un dimanche gris au dehors, 

poussons les portes et ...






Un grand Père et son petit fils qui bricolent



Des cousins qui jouent au Monopoly et l’aîné et moi qui geekons à coté 



Des confitures qui refroidissent...




Des petits moments intemporels.




Seigneur, donne-nous de ces petits bonheurs - là, toujours.