jeudi 25 octobre 2012

Quand on cherche, on trouve



Depuis un bon moment, je veux parler des français de culte musulman et j’avoue ne pas trop savoir par quel bout commencer tant l’actualité les place à la une et souvent sous un angle pas très positif.
Et là, je pense avoir trouvé. 
Je sais que tout le monde ne sera pas d’accord avec moi mais j’espère que vous prendrez le temps de me lire, de tenter de comprendre mes arguments et que vous aurez l’obligeance si vous n’êtes pas d’accord de ne pas transformer mon blog en littérature haineuse*

Donc, le Figaro se pose la question suivante : Islam première religion de France ?

Tremblez bourgeois, lecteurs du Figaro, demain vous ne serez plus chez vous.
En lisant l’article, on apprend que la pratique augmente chez les jeunes musulmans et dépasse largement celle des jeunes catholiques.
Ça fait peur !
Dehors donc tous ces jeunes qui veulent avoir une vie spirituelle et qui n’adorent pas le veau d’or avant Dieu.
Dehors ces jeunes qui lâchent leurs ordi, Facebook et autres divertissements pour aller prier une fois par semaine.

Le Figaro du même jour nous indique aussi que l'image de l'islam se dégrade fortement en France.
68 % des sondés pensent que les musulmans refusent de s’intégrer à la société française.

Là je ferai deux réflexions.
Lorsque  43 % des sondés considèrent l'islam comme une «menace», et seulement 18% des sondés sont pour la construction de mosquées, on est en droit de se demander si ceux sont eux qui refusent ou nous.

Lorsque d’autre part, la société que nous leur proposons est celle du Dieu argent, de l’individualisme, du relativisme et du refus du réel, faut-il s’étonner qu’ils la refusent ? Cela me choque bien moi la catho pratiquante.


En fait, plus que le rejet de l’islam, c’est le refus de l’image de nous-même qu’il nous renvoie qui nous hérisse.



Nous hurlons à la négation des droits de la femme par des arriérés qui s’habillent en djellaba, portent la barbe et voilent leurs femmes mais ne sommes-nous pas  aussi choqué aussi par la posture humble qu’ils adoptent quand nous sommes nous dans le paraître et la surenchère vestimentaire.
Nous hurlons lorsqu’ils prient et souhaitent avoir des lieux pour cela mais ne sommes-nous pas là aussi renvoyé à notre propre abandon de la pratique religieuse.

Nous acceptons les musulmans  s’ils ne le sont pas trop, comme nous quoi, un vernis discret mais pas plus. Il faut être moderne, adorer les idoles et laisser Dieu chez soi lorsque l’on sort.

Oui, il y a des terroristes musulmans, oui  le printemps arabe est le printemps de l’islam mais oui aussi nous l’avons bien cherché en offrant à ces gens une société qui marche sur la tête basée sur l’argent, l’individualisme et un progrès qui n’en est pas toujours un.

Quand on cherche, on trouve.

Au lieu d’avoir peur, changeons.



*Je vous préviens tout de suite. Je censurerai tout ce que je considérerai comme un débordement  Je suis chez moi dans mon blog, je vous ouvre grand la porte mais si vous n’essuyez pas vos pieds et ne prenez pas de patins, je vire.

8 commentaires:

  1. Pour aller dans le sens de ce que tu dis, je connais un excellent théologien catholique, pas connu pour son amour de l'Islam, qui disait un jour, en paraphrasant de loin Nostra Aetate : une chose jouera énormément en faveur des musulmans, à mon avis, c'est que jusqu'à aujourd'hui, ils ont su vraiment adorer Dieu, à genoux, dans l'humilité. Ce que nous ne savons plus faire, et c'est dramatique.

    RépondreSupprimer
  2. Bien d'accord Valérie; le problème, c'est que Nostra Aetate, pas grand monde ne connaît! Tien, à l'occasion des 50 ans, pourquoi ne pas rappeler ce texte, aux cathos et aux autres? Les gens de Vierzon souffrent, aussi, sur ce sujet!

    RépondreSupprimer
  3. Il n'y a pas pire ignorant que celui qui ne veut pas savoir. Le texte est disponible ici http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_decl_19651028_nostra-aetate_fr.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, mais si vous interrogiez les "cathos" sur les textes du Concile, vous connaissez la réponse.......quant au delà!

      Supprimer
  4. Bonsoir, c'est le blog de Nystagmus qui m'a amené chez vous. Belles réflexions sans haine et sans débordement sur les musulmans de France. Mais ce qui me met en colère, ce ne sont pas eux mais des gens d'une soi-disante gauche qui les pousse à nous détester en nous (nous les français de souche non musulmans) rendons responsables de tout, la colonisation surtout ! Une culpabilisation qui ne va pas apaiser les esprits....

    Je ne suis pas sûre que la foi ait si disparu que ça... En parlant avec certaines personnes et en parcourant des blogs, y compris des blogs qui ne sont pas "estampillés" catholiques, beaucoup de gens se posent des questions voire affirment une foi assez résolue. Et si elle passe très peu par la messe du dimanche, elle passe souvent par la visite de monuments religieux par exemple, pas pour faire le simple touriste mais pour s'y recueillir, ressentir une atmosphère imprégnée de spiritualité. Notre société est désespérante et je pense que bien des gens ont besoin de spiritualité et de sérénité. C'est invisible pour le moment, jusqu'à quand ?

    RépondreSupprimer
  5. @Esclaramonde Tout d'abord bienvenue sur mon blog. Je pense que la foi est faible y compris celle des catholiques pratiquants et y compris la mienne mais je ne porte pas sur cette situation un regard désabusé ou pessimiste, j'y entends un appel à la conversion et je vous renvoie pour plus de détail à ce billet http://jonastree.blogspot.fr/2012/10/soyons-saints.html

    RépondreSupprimer
  6. Je ne peux m’empêcher de vous citer un extrait du message final du synode sur la nouvelle évangélisation: "‎"Enfin, l'Eglise considère les autres religions sont ses partenaires naturels dans le dialogue. On est évangélisée, car on est convaincu de la vérité du Christ, non pas parce que l'on est contre l'autre".

    RépondreSupprimer
  7. Très symbolique, le calendrier de cette année ! Hier, c'était l'Aïd el-Kebir ; dans quelques jours, c'est la Toussaint. Entre les deux, le cinquantenaire de la mort de Louis Massignon, qui doit à des musulmans sa conversion au catholicisme.

    J'ai la même "dette" ; et je connais au moins une autre personne comme moi.

    Alors, non, ne nous laissons pas dominer par la peur ^^

    RépondreSupprimer