jeudi 5 juillet 2012

Je vous parle d’un temps, que les moins de 50 ans ….



….Ne peuvent pas connaitre et c’est bien dommage.
Mon enfance a été bercée par les feuilletons TV (Ben oui, on avait pas encore inventé le concept de série)

J’attendais avec impatience, Thierry la fronde


Ou encore, Thibaut et les croisades



L’ORTF, avec de petits budgets, nous plongeait dans l’histoire  par le biais de fictions historiques. 
Et je n'oublie pas non plus, Ivanhoé.

Mais, me direz-vous, France 2 fait de même avec  Inquisitio.
Oui, mais non.

Ces feuilletons nous proposaient  de l’aventure, de l’amitié, de la solidarité, de la justice.
Dans le cas de Thibaut, on nous proposait même une vision intéressante des croisades. 
Celle d’un chevalier qui bâtissait des ponts entre les croisés et les autochtones.

Il n’y avait pas besoin alors de se repaitre du sang, du sexe et des déviances de méchants tellement méchants qu’ils en deviennent irréels pour  s’identifier au héros.
C’est à croire que maintenant, la différence entre le bien et le mal est si vague, qu’il faut forcer le trait pour que tout le monde comprenne bien ou est la frontière.

Le monde a changé certes, mais il est encore possible de faire de bonnes séries.
Games of Thrones  par exemple. Voilà une série qu’elle est bien.
Pas de méchants, méchants. Juste des humains avec leurs failles, leurs défauts mais aussi leurs bons côtés, de l’aventure, du dépaysement. Bref, une réussite.

Le budget est certes énorme, et France télévision ne peut financer de telles sagas.

C’est sûr, mais parfois, il vaut mieux ne rien faire que de faire du rien.


Pour ceux qui veulent rire parce que cela fait du bien, voir le teaser revisité de la série Inquisitio 
Et pour ceux à qui il reste deux neurones en état de marche après le brainwashing télévisuel, le site L'inquisition pour les nuls
Pour ceux qui veulent lire une analyse sérieuse de la série C'est chez Charles
Et enfin, j’ai les DVD de Thibaut et les croisades, je peux les prêter  comme antidote J

Et le premier qui me dit que je suis vieille, je lui lance l'inquisition aux trousses.

4 commentaires:

  1. Le comble c'est que avec tout ce que j'entends et lis sur cette série, va falloir que je la regarde au moins une fois pour ne pas être larguée ! ;-))

    RépondreSupprimer
  2. Le méchant super méchant ? Non, ce n'est pas mon impression. D'ailleurs, je n'ai pas remarqué d'opposition catégorique entre gentils et méchants. Il y a ceux qui sont innocents, ceux qui sont pénitents, ceux qui pêchent malgré leurs efforts sincères mais ne culpabilisent pas non plus et enfin ceux qui sont décidés à tous les méfaits pour arriver à leur fin, parce que leur cause est juste et bien que ces derniers ne soient pas toujours d'accord entre eux. Où est le bien, où est le mal ? Il faut attendre le dénouement pour le savoir et nous n'en sommes qu'au quatrième épisode.

    Du cul, de la sorcellerie, le moyen âge, bah oui, c'est ce qui excite l'imagination aujourd'hui. C'est vrai, l’héroïsme chevaleresque ne fait plus recette. Mais bon, je vois ça comme une intrigue policière décalée dans l'époque, je n'y cherche aucune réalité historique, c'est juste un divertissement. Le divertissement n'est d'ailleurs pas mauvais et le regard du réalisateur réserve tout de même quelques bonnes surprises, au milieu des banalités d'usage. En fait, au risque de choquer, je dirai même que vouloir faire d'un divertissement quelque chose qui soit absolument éducatif, qui mettent la lumière sur valeurs morales les plus nobles, non seulement c'est démodé mais en plus, c'est très limité du point de vue de la créativité. L'histoire du preux chevalier, une fois qu'on la connait, on passe à autre chose...

    RépondreSupprimer
  3. "Dois je écouter mon coeur ou dois-je écouter Dieu ? "

    Ce à quoi l'innocent répond : "Ce que mon coeur me dit, c'est ce que Dieu me dit."

    C'est une très belle définition de l'innocence. Au milieu des histoires coquines et des tours de magie, la morale est bien présente. Sinon, tout le monde en prend un peu pour son grade, à commencer par sa majesté le Pape. C'est de la morale républicaine en somme !

    RépondreSupprimer
  4. Origine "historique" de la grande épidémie de peste qui ravagea l’Europe dans les années qui suivirent 1347 ? Une colonie génoise assiégée par je ne sais quel mongol aurait été bombardée de cadavres infectés par la peste. Les compagnies marchandes aurait ensuite propagé le virus. Je ne retrouve plus mes sources mais j'aime bien cette idée qu'un quart de l'Europe a été exterminé suite à la première guerre biochimique de l'histoire.

    Parfois, on se dit que l'histoire dépasse la fiction. A moins que l'histoire soit déjà un compte pour enfant ! Pardon, l'Histoire, avec un grand H.

    Je ne sais pas encore quelle explication va nous donner la série Inquisitio, à propos de la peste, parce que c'est quand même au coeur du sujet, mais là, étant donné la thèse historique, il va falloir faire fort...

    RépondreSupprimer