mercredi 20 juin 2012

J'ai une gueule de cliché ?


Bon, suite à un tweet obligatoirement réducteur puisque rédigé en 140 caractères, j’apprenais il y a quelques jours que tous les catho qui discutent avec une twitteuse de la TL sont tous contre l'avortement et l'euthanasie. Certains ont réagi en disant que ce n’était pas vrai que c'était des clichés et ils se sont aussi positionnés face à d'autres "clichés" sur les cathos. De mon côté, je tiens à donner mon avis sur ces "clichés" qui finalement me correspondent assez si on les explique en plus de 140 caractères. 

Je suis contre l'avortement : 
C’est plus compliqué que cela en fait. Je ne l'ai jamais fait, j'ai signé une décharge pour ne pas faire de test de dépistage de la trisomie parce que je ne souhaitais pas avorter et que je souhaitais offrir à mes enfants une grossesse paisible. Par contre, je suis prête à offrir mon aide aux personnes que je rencontre pour éviter cela et surtout je continuerai à les soutenir après, si elles y ont recourt.


Je suis contre l'euthanasie active:  
Ma grand-mère est partie sans souffrance et paisiblement  grâce aux soins palliatifs. Depuis plusieurs années, elle était bien diminuée et c’était dur à supporter pour moi et sans doute pour elle. Mais elle a attendu son heure parfois impatiente mais  entourée  d’amour et le rendant au centuple. Si j’avais pu la débrancher, je ne l’aurais pas fait. Par contre ses enfants ont refusé l’acharnement thérapeutique et ont demandé qu’elle ne souffre pas et parte paisiblement, dignement, son heure venue. 
Comment dire que la vie n'a plus de sens dans certains cas. Pour moi, le sens est, et cela sans exception, même si je ne le saisis pas toujours. 

Je suis mariée, mère de 5 enfants : 
Au Liban on me demandait si j'étais chiite et ici si je connais la pilule. Ah les clichés.
Ce n’est pas simple tous les jours, je ne suis pas sûre que cette situation durera toujours mais mon époux et moi faisons de notre mieux pour que cela dure parce qu’il nous semble que la vie sans l’autre serait bien vide. 
J’ai travaillé longtemps, pour mon épanouissement personnel certes, mais surtout pour pouvoir mener à bien le projet de vie de notre couple  et de notre famille, sans trop d’entraves financières. 
Lorsque nous avons choisi d'agrandir la famille et que le quatrième est né, j'ai choisi l'oisiveté de la vie de mère au foyer.

Mes enfants ressemblaient aux "Triplés" : 
Mais avec l'âge, cela leur a passé.  Il y a eu un hard rocker, un gothique, une hippie  et pour les suivants, j’attends de voir. 
Ce sont des gosses bien dans leur temps qui comme tous les jeunes cherchent à se donner un genre et qui, dans le même temps sont catholiques pratiquants, scouts d’Europe et toujours prêts à aimer et servir autour d’eux. 
Bref, mes triplés à moi ! Loin des clichés mais enracinés dans leur foi et leur Eglise. 
Eux aussi ont des amis qui sont différents mais ils les aiment sans se sentir obliger d’être toujours d’accord avec eux, sans imposer leurs idées mais sans non plus renier les leurs.

Je vais à la messe tous les dimanches : 
C’est là que je trouve l’énergie pour la semaine suivante. Un rendez-vous que je ne rate pas souvent  parce que je sais qu’Il m’attend et qu’Il a des choses à me dire et de la force à me donner. Ça n’a pas toujours été le cas et dans cette période, je me sentais peut être libérée d’une contrainte mais aussi bien seule. Quant à la prière, j’avoue que je peux mieux faire au quotidien mais nul n’est parfait.

J'ai une famille traditionelle : C'est vrai. Mes enfants sont tous du même père. Je n’en conçois aucune fierté. Je suis juste reconnaissante  d’avoir trouvé l’homme de ma vie qui me supporte et que je supporte dans les épreuves. Le résultat d’un cocktail de choix, de chance, et surtout d’amour. Il y a certes d’autres manières de concevoir sa famille mais la mienne me convient. J’aurai pu divorcer, faire des enfants hors mariage, ce n’est pas le chemin que j’ai choisi. Parfois c’était dur mais avec le recul cela en valait le coup.  

Mes enfants fréquentent l'école privée : oui,  parce que je souhaite le meilleur pour eux même si cela entraine des sacrifices financiers par ailleurs.

Mais: 

Je ne suis pas homophobe:  mon meilleur ami était en couple avec un autre homme et j'ai de très bons souvenirs de notre complicité. Il est parti il y a quelques années rejoindre le Père qui lui a certainement ouvert les bras. 
Je considère le mariage homosexuel comme une dénaturation du mariage civil mais comme il n'a aucune valeur pour moi, je ne me battrai pas pour ça. 
Quand à l'adoption, elle existe dans les faits depuis l'autorisation de l'adoption par des célibataires et la jurisprudence a fait son oeuvre en ce sens aussi. 

Ah j'allais oublier et pourtant on sort à peine de plusieurs mois d'élections. Je suis de gauche lorsqu'elle n'est pas étatiste et démagogiquement libertaire et je suis de droite lorsqu'elle est juste et non adoratrice du veau d'or. Je souhaite me trouver le plus loin possible des extrêmes et donc je suis au centre faute de mieux avec une  tendance à l'indignation ;) 


Je réponds donc à plusieurs des clichés sur la catho mais je sais surtout que je ne suis pas une "parfaite".  Il y a bien des cailloux sur mon chemin. 
Je fais de petits arrangements avec la doctrine. 
Je suis en chemin et je reconnais mes faiblesses. 
Plutôt que de rejeter les enseignements de l’Eglise, je demande dans la prière  la force de pouvoir m’y conformer toujours plus  car je suis convaincue qu’ils donnent la vie et je remercie le Seigneur de m’accompagner fidèlement. 

Je suis catho, humblement, pas comme on porte un étendard mais comme une femme qui cherche son chemin dans ce monde, qui ne juge pas les autres pour ne pas être jugée, qui prie et offre son aide à ceux qui cheminent à côté d’elle.

Bref une catho... de mon mieux et si c'est un cliché, je l'assume.

6 commentaires:

  1. "Catho... de mon mieux" c'est vraiment un bon titre ;-)

    Je suis d'accord avec toi : Le Catho est peut être plein de cliché en 140 caractères mais en développant il est tout aussi plein de nuance que tout un chacun.

    J'irai même plus loin en disant que la différence entre catho et non catho c'est juste le fait de partir d'un bout ou de l'autre d'une même idée de ce qui est bon.
    D'un coté, j'ai un idéal et j'essaye de le vivre même si je sais qu'est nécessaire une certaine temporisation.
    De l'autre, je voit la vie et essaye comme je peux de mon petit coté de la faire tendre vers un idéal.

    ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Assez d'accord avec ton analyse même si je ne suis pas sure de rester aussi droite dans mes jugements. Avec l'age, j'ai mis de l'eau dans mon vin et de l'huile dans les rouages de mes pensées.
    Mais je suis très fière de toi pour ta façon de prendre position.

    RépondreSupprimer
  3. Trois enfants seulement, sinon pas mal de points communs et sans clichés ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Je suis un évangélique non sectaire et j'apprécie beaucoup la catho que tu es... et d'autres comme Natalia Trouillier et Hubert Houliez.
    Au plan politique et comme toi, je suis loin des extrêmes mais pas de gauche à cause de ses dérives éthiques, ni de droite (ultra-)libérale.
    Ne pas avoir d'étiquette assumée me va. En tout cas, évangélique ne signifie pas conservateur !
    Ah ces étiquettes ! Ah ces petites cases dans lesquelles on aime mettre les gens !

    MERCI pour ton travail d'écriture et de réflexion. Tes frères en Christ, dont je suis, ne sont pas peu fiers d’appartenir à la même famille spirituelle que toi !

    RépondreSupprimer
  5. Entièrement d'accord et je pourrais signer ces propos en les adaptant au masculin. En revanche, je ne crains pas de dire que j'ai voté Hollande car j'en ai marre. de la droite "du veau d'or" qui refuse d'accueillir l'autre. C'est vrai qu'il y en a marre aussi des clichés sur les cathos et je ne crains pas de dire que le christianisme est une religion d'avenir... se elle ne se replie pas sur ses peurs.

    RépondreSupprimer
  6. A bas les clichés, merci pour votre article!
    Je suis d'accord avec vous. Juste une nuance sur l'enseignement, on peut trouver le meilleur aussi dans le public...

    RépondreSupprimer