mercredi 18 avril 2012

Sant Jordi et le dragon.



La crise, ce n’est pas seulement un concept ou des chiffres.   Derrière, il y a des gens. 
La presse française nous informe de la situation grave de l’Espagne  mais depuis mon arrivée sur place il y a quelques jours, je mets des visages  sur ces infos désincarnées.
Je voulais vous en parler et je n’ai pas eu à chercher longtemps les exemples.

L’Escala, j’y viens depuis 45 ans. C’est un petit village de pécheurs reconverti en station balnéaire.  Mes voisins ne sont pas des touristes mais des catalans. La crise, ils la vivent depuis cet hiver.

Mon plus proche voisin est  un restaurateur. Pas un vendeur de pizza ou de Paella précuite.  Il met en valeur les produits de sa région avec beaucoup de créativité. Année après année, au prix d’un travail acharné, il a hissé son restaurant vers le petit monde de la gastronomique.
 Mais voilà, depuis quelques mois,  des nuages que même la tramontane n’arrive pas à chasser assombrissent son avenir. Il a fallu mettre le personnel (le même depuis 10 ans) en chômage partiel et il veut croire que cela suffira…

La maison derrière la mienne appartient à une famille de Gironna. Des entrepreneurs  font vivre  de nombreuses familles.  Discrètement, ils ont prévenu qu’ils vendaient. Ils auraient trouvé une autre villa plus adaptée à leurs besoins. Pudiquement, personne n’a commenté …

Les panneaux « En venta » déjà assez présents l’été dernier sur les balcons et les portes, ont maintenant gagné les locaux commerciaux. 

Un commerce sur trois est fermé définitivement.

L’école du village est inquiète de son avenir à l’heure ou le budget de l’éducation passe sous la faux de la rigueur.


Au supermarché, la queue aux caisses  a disparue, elle est maintenant derrière le bâtiment,  là où l’on sort les poubelles.

Un ami agriculteur se désespère car après les vols d’outils, c’est maintenant ses champs qui sont pillés.


Et pourtant, dans quelques jours, la Catalogne fêtera la Sant Jordi (Saint Georges)

La légende raconte qu’un dragon vivait dans un château et que tous les jours, il fallait lui offrir une jeune fille pour le nourrir et éviter sa colère.
Un jour, le sort désigna la princesse du lieu. Courageusement, elle partit vers la mort mais elle croisa Sant Jordi qui tua le dragon.  

Du cœur du dragon tombé au sol, jaillit un rosier. Sant Jordi offrit une de ses roses à la princesse  et en échange, elle lui donna un livre.

Nombreux seront les amoureux qui échangeront roses et livres en voulant croire à l’avenir.



Et nombreuses seront les prières pour que  Sant Jordi  terrasse le dragon de la crise qui réclame chaque jour sa ration de chair fraîche.

Germans,  pregem

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire