mercredi 21 décembre 2011

Nous perdons le triple A, gagnons le triple E


Nous allons sans doute perdre le mythique triple A, garant de notre salut d’endetté. La crise de la dette répand ses miasmes dans l’économie réelle et  les remèdes de cheval que l’on nous promet peuvent être pires que la maladie en nous plongeant dans la récession.
Face à cette situation dont nous ne saisissons pas encore toutes les conséquences, nous avons pourtant une issue possible : remettre l’homme au centre. Le centre que j’évoque là n’est pas un positionnement sur l’échiquier politique  (même s’il est pour moi « the good place to be »). Il s’agit plutôt de mettre l’homme comme exigence, comme priorité dans nos choix personnels et collectifs.

Plutôt que de nous focaliser sur le mantra apocalyptique en vogue (triple A, triple A), envisageons un avenir en centrant nos efforts sur le triple E : 
Economie, Ethique, Environnement homo-centrés.


Mettre l’homme au centre en matière économique, c’est au niveau de l’Etat, faire des choix guidés par la justice et la solidarité. C’est aussi remettre les finances au service de l’homme et pas le contraire. C’est repenser la finalité de l’entreprise qui  n’est pas uniquement le bénéfice des actionnaires mais qui doit être de façon équitable aussi celui des collaborateurs. Loin de moi l’idée de prôner un come-back marxiste, mais plutôt un capitalisme doté de raison ou de façon moins utopique un capitalisme ré-humanisé.

Mettre l‘homme au centre en matière éthique, ce n’est pas encourager les dérives individualistes mortifères mais plutôt mettre le respect de la dignité de l’homme au centre de nos préoccupations de la conception à la mort.  Par exemple, si  je ne demande pas que l’on revienne sur l’avortement légal, nous devons offrir un choix réel en impulsant une politique d’assistance aux mères en détresse et aux parents d’enfants handicapés et remettre à l’ordre du jour un discours de responsabilité auprès de nos jeunes.

Mettre l’homme au centre de son environnement, c’est freiner notre course à l’hyperconsommation, favoriser les productions locales et respectueuses de notre environnement et s’engager fermement dans la recherche d’énergies  alternatives.

Gagnons le triple E et en bonus, nous en aurons un quatrième l’Espérance.


A voir à ce sujet: http://www.chretiensindignonsnous.org/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire