lundi 5 décembre 2011

Majorité immature


Les coalitions menées par les islamistes auraient  recueilli entre 60 et 70% des voix en Egypte.
Fallait-il attendre autre chose ?  « Quiconque après une sédition aborde le peuple avec franchise, et lui promet l'impunité, l'épouvante et le rassure, plaint ses malheurs et le flatte, celui-là est Roi » (Saint Just).
C’est certes, une déception pour le bloc libéral et une inquiétude légitime pour les minorités religieuses mais le peuple a parlé (62% de participation).

Alors, pourquoi ce vote ?
Dans un pays sous dictature depuis si longtemps, la plupart des égyptiens préfèrent une stricte protection à une liberté qui fait peur. On profite donc de la possibilité de s’exprimer librement pour demander aussitôt la mise en place d’un nouveau carcan mais choisi celui-là.
Avec un taux d’alphabétisation bas, une pauvreté énorme, les associations cultuelles qui pallient aux carences de l’état en matière sociale, il était difficile de croire en l’avènement d’une démocratie « libérale ». 

Reste à espérer que les nouveaux maîtres de l’Egypte vont avoir à cœur de faire grandir leur peuple par l’éducation et le développement. Ce serait une démarche courageuse mais ne vont-ils pas préférer maintenir le statu quo qui les a amenés à la victoire?  Et même s’ils décidaient de s’engager dans cette voie, c’est une chose de quadriller le pays en distribuant la charité, s’en est une autre de gérer un pays.
Ils ne vont pas pouvoir longtemps se présenter comme les sauveurs du peuple et qu’adviendra-t-il alors ?
Personne ne s'en soucie. Les américains  et leurs alliés se sont délibérément orientés vers une acceptation d’un islamisme d’apparence occidentalo-compatible, comparable à celui qui s’est imposé en Turquie avec Erdogan.  Quant à la minorité de blocage des salafistes à la Choura  qu’ils ne devaient pas avoir prévu, elle ne doit pas les inquiéter plus que ça car les salafistes sont très largement financés par les dictatures wahhabites du Golfe persique, alliées des Etats-Unis et de l’Union européenne.

Bref, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Qu'ils votent ce qu'ils veulent, nous arriverons toujours à nos fins. 
Mais c'est oublier un peu vite que des élections démocratiques n'amènent pas toujours la démocratie et que la démocratie n'est pas la loi de la majorité mais la protection de la minorité. 
Si demain les minorités égyptiennes sont laminées pour employer un terme politiquement correct, nous laverons nous les mains ?

1 commentaire: